Claude-Alexandre GUSTAVE

Claude-Alexandre GUSTAVE

26-11-2021

22:04

1/51 Monsieur le Ministre @olivierveran, après 2 ans de pandémie, il y a certaines approximations/erreurs qu'on ne devrait plus entendre/voir, surtout venant du 1er représentant des autorités sanitaires de ce pays. Petit thread pour résumer votre florilège des dernières heures...

2/51 On commence avec votre conférence de presse d'hier. Dès le début, vous commettez une série de gestes, que vous mettez ostensiblement en emphase (pensant peut-être éduquer les spectateurs aux gestes barrières) ; mais vous faites tout ce qu'il ne faut pas faire...

3/51 1) Vous retirez votre masque sans vous désinfecter les mains au préalable 2) Vous appliquez longuement du SHA après avoir retiré votre masque, alors que vous n'avez pas touché la zone filtrante potentiellement contaminée ... et 3) Vous retirez votre masque 😅

4/51 Vous étiez en lieu clos. Dans ce cas, il n'existe pas de notion de "distance de sécurité" puisque les aérosols émis lorsque nous respirons/parlons, diffusent dans tout le volume disponible et peuvent y persister en suspension >16 heures en absence de ventilation...

5/51 Ainsi, vous donnez le pire exemple possible à la population : vous insistez sur la désinfection des mains pour un virus à transmission aéroportée. C'est un peu comme recommander un préservatif pour se protéger de la grippe...

6/51 Mais surtout, vous retirez votre masque alors que vous passez d'une activité peu émettrice d'aérosols (respirer), à une activité fortement émettrice (parler). C'est précisément le moment où vous auriez dû garder votre masque afin de limiter votre émission d'aérosols...

7/51 Puisque votre masque n'est que de grade chirurgical, il n'empêche pas l'inhalation d'aérosols déjà en suspension dans l'air. Son utilité est uniquement de réduire l'émission de gouttelettes, voire d'aérosols, à condition d'être porté systématiquement et ajusté !

8/51 Vous orientez donc le message de santé publique vers une application la plus erronée possible des mesures barrières, et donc la moins efficace pour réduire la circulation virale. Cela pourrait s'excuser... Si on n'était pas 2 ans après le début de cette pandémie.

9/51 On continue avec votre propos sur l'efficacité vaccinale. A propos des cas graves, rien à redire, les données sont "clear cut", la réduction de fréquence des formes sévères de COVID est massive (avec un schéma vaccinal complet)...

10/51 Le problème concerne votre interprétation des données relatives aux contaminations et circulation virale. Vous indiquez que là où le taux de vaccination est le plus élevé, la circulation virale est la plus faible parce qu'on détecte moins de cas...

11/51 Là encore, si nous n'étions pas 2 ans après le début de la pandémie, ça pourrait s'excuser, mais là vous démontrez simplement votre incompréhension des données épidémiologiques et de ce que représentent les données d'incidence...

12/51 Les infections (à différencier des cas graves) qui sont recensées ne représentent qu'une fraction minoritaire des infections réelles (et donc de la circulation virale réelle).

13/51 Quand une région est fortement vaccinée, ce n'est pas la circulation virale qui ↘️. C'est surtout le recours aux tests diagnostiques qui ↘️ car la fréquence des formes symptomatiques de COVID ↘️↘️ grâce à l'immunité vaccinale.

14/51 Dans les pays qui n'utilisent que les tests de diagnostic/dépistage pour documenter leur épidémie, on a alors l'impression que la circulation virale recule. Mais c'est une erreur, lourde de conséquences car le virus continue à circuler/évoluer à bas bruit...

15/51 Vous pourriez alors me dire, qui suis-je pour décréter cela !? Ce n'est pas moi qui le dis, mais le PHE 🇬🇧 (donc l'équivalent de Santé Publique France), dans ses bulletins épidémiologiques hebdomadaires :

16/51 J'en ai déjà parlé au moins 2 fois : 1) 2) Je vais donc devoir le refaire une 3ème fois car apparemment, même au +haut niveau des autorités sanitaires, l'info du PHE 🇬🇧, pourtant simple, ne semble pas être prise en compte...

17/51 Alors complétons cette litanie avec le rapport épidémiologique de la semaine 47 de 2021 (Vous devriez prendre le temps de les lire ! Certes le UK gère son épidémie avec les pieds, mais sa documentation épidémiologique est remarquable...

18/51 En bref, ce rapport montre encore une fois des TAUX d'incidence d'infections (à différencier des cas graves !), plus élevés chez les vaccinés que chez les non-vaccinés (chez les >30 ans) 🤷‍♂️

19/51 Attention, ces données ne reflètent pas l'efficacité vaccinale (et le PHE le rappelle tout au long du rapport). Elles ne tiennent pas compte des biais de recours aux tests, d'application des mesures barrières et donc d'exposition au virus...

20/51 Par contre, les données UK montrent bien que NON, cette épidémie n'est pas qu'une épidémie des "non-vaccinés". La circulation virale concerne tout le monde et à des niveaux au moins équivalents. C'est la sévérité clinique qui concerne les non-vaccinés :

21/51 Mais comment le UK peut-il obtenir ces données !? Tout simplement parce qu'il fait de l'épidémiologie ! Il ne dépend donc pas seulement des tests de diagnostic/dépistage, mais aussi d'enquêtes sur échantillons représentatifs de toute la pop !

22/51 L'OMS vous le dit pourtant depuis des mois ! Le "tout vaccinal" comme seule réponse à cette pandémie est voué à l'échec. La solution ne peut passer que par une vaccination massive, complète, ET l'application d'une stratégie de suppression virale :

23/51 Et pour finir ce thread, on en arrive justement à cet échec du "vivre avec" par le "tout vaccinal" en faisant fi des mesures barrières, tester/tracer/isoler, aération des lieux clos pour maintenir <700ppm de CO2, télétravail... Parlons d'Omicron...

24/51 Dans l'attente de données plus complètes sur sa transmissibilité/virulence/résistance à la neutralisation, vous choisissez d'afficher une posture de prudence... Mais avez-vous pris un peu de recul par rapport à vos annonces et à leur ridicule ?

25/51 Tout d'abord, si vous souhaitez passer un message crucial de Santé Publique, assurez-vous au moins de lui donner un caractère un minimum formel afin d'en assurer une diffusion la plus large possible ! Qui entendra ce message au détour d'une pharmacie ???

26/51 Vous faites appels à la bonne volonté de voyageurs de se signaler, alors que vous répondez à une menace potentiellement majeure portée par le variant Omicron !? 🤷‍♂️ Quel % de ces voyageurs va effectivement se signaler aux autorités sanitaires ?

27/51 N'auriez-vous pas eu meilleur compte de récupérer les listes de passagers auprès des compagnies aériennes, puis de les convoquer/consulter pour obtenir un test de dépistage et un isolement effectif ?

28/51 Ensuite, vous comptez "tracer" leurs contacts. Vous n'avez sans doute toujours pas réalisé que la méthode française (manuelle et déclarative) ne trace rien puisqu'elle est limitée aux contacts dont l'identité est connue du cas index !? 🤷‍♂️

29/51 Le virus lui se transmet indépendamment du caractère intime/amical des contacts. Le "contact tracing" à la française est donc intrinsèquement incapable de remonter des chaînes de contamination...

30/51 Et puis pourquoi seulement 2 semaines ? Ce variant est détecté par séquençage depuis quelques semaines, mais vous saviez bien (je l'espère) que le séquençage ne concerne qu'une fraction des cas DÉTECTÉS, eux-mêmes n'étant qu'une fraction des cas réels...

31/51 Donc si ce variant est identifié depuis quelques semaines, cela signifie qu'il circule depuis bien plus que 2 semaines, voire même plusieurs mois ! Etes-vous sûr d'être vraiment au maximum de vos efforts de protection avec cet appel discret aux voyageurs de ces 2 semaines ?

32/51 Le variant a déjà été importé au moins à Hong-Kong, en Israël, en Belgique... Le cas belge n'a aucun contact avec l'Afrique australe puisqu'il s'agit d'un retour d'Egypte via la Turquie. En clair, les chaînes de contamination sont déjà actives sur tous les continents...

33/51 Pourquoi alors faire croire aux Français qu'il y a un quelconque effort de freinage/blocage de ce variant ? Vous avez choisi de "vivre avec" comme vous le dites souvent... Donc tous les variants, quels qu'ils soient, passeront pas nous 🤷‍♂️

34/51 Si vous souhaitiez vraiment protéger les Français, vous feriez en sorte de rapidement vacciner les >6 millions pas encore vaccinés (s'ils démarraient le 1ère dose aujourd'hui, ils ne seraient pas protégés avant début janvier !)...

35/51 Vous feriez aussi en sorte que les capacités de vaccination soient maximales pour les 3èmes doses à 5 mois pour tous ! Si vous avez examiné les données immunologiques liées à ces 3èmes doses, vous devriez avoir remarqué qu'il ne s'agit pas d'un simple rappel...

36/51 Elles font en fait partie de la primo-vaccination. Le pic sérologique après D3 est >10x supérieur au pic obtenu après D2 !!! Le taux d'hospitalisation après D3 est 20x plus faible qu'après D2 !!! Soit >2x plus d'effet entre D3 et D2 qu'entre D2 et un non-vacciné !!!

37/51 Un rappel ne fait pas ça. Un rappel ne ferait que restaurer le pic sérologique au niveau obtenu après D2. Là, il est >10x plus élevé. La 3ème dose est donc une nécessité pour tous, dans le cadre de la PRIMO-vaccination.

38/51 Ensuite, outre la vaccination, vous devriez sérieusement renforcer les mesures barrières pour lutter contre la circulation virale (et donc contre son évolution) ! 1) promouvoir+++ l'aération des lieux clos pour avoir <700ppm de CO2...

39/51 2) Remplacer les masques chirurgicaux/tissus par des masques FFP2. SARS-CoV-2 se transmet principalement par aérosols. Les seuls masques capables de protéger contre l'inhalation d'aérosols sont >= FFP2

40/51 3) Renforcer la stratégie tester/tracer/isoler. Notamment en déployant un vrai contact tracing, appuyé sur les traces numériques (donc indépendant des seules identités connues du cas index). Et sans oublier que la phase active contre les chaînes de conta est "isoler" ! 🤷‍♂️

41/51 A propos du testing, un petit mot au sujet des écoles. Comme le conseil scientifique le demande depuis des mois, il serait grand temps de déployer les "tests itératifs" = 1 à 2 tests par semaine pour chaque élève/personnel...

42/51 Cette technique permet de compenser le manque de sensibilité des tests par leur répétition, tout en repérant les infectés plus rapidement que les chaînes de contamination ne progressent. On peut alors les isoler (ainsi que leurs contacts), et sécuriser l'école...

43/51 Si vous combinez ça à l'aération intense des classes, les purificateurs d'air + distanciation à la cantine (avec un roulement par niveaux), vous pourriez "casser" l'un des principaux moteurs de l'épidémie...

44/51 Et je dis bien "moteur", pas simple "reflet" de la circulation virale, car nous pouvons vivre en scaphandre toute la journée, si les écoles ne sont pas sécurisées, nous serons simplement contaminés à domicile (là où les mesures barrières tombent) par nos enfants...

45/51 Vous le savez très bien (la Suède a depuis longtemps utilisé cet angle mort épidémiologique pour sa stratégie d'immunité collective : Et vous savez très bien que l'immunité collective est une chimère...

46/51 Vous savez également qu'en laissant le virus circuler massivement comme nous le faisons, nous n'obtiendrons rien de plus que des variants à foison. Plus le virus circule, plus il se réplique, plus il mute, plus il évolue...

47/51 Son évolution sera guidée par une pression de sélection basée sur la ↗️ de transmissibilité. Elle peut s'acquérir par ↗️ d'affinité pour ACE2, ↗️ de la vitesse de fusion cellulaire, ↗️ du "fitness" biologique... Ce qu'on a vu avec les lignées D614G+, Alpha, Delta...

48/51 Mais cela peut aussi s'acquérir par échappement immunitaire, inévitable tant qu'on laisse le virus circuler (En infectant tjs + d'hôtes, le virus se diversifie, et cette diversité est sélectionnée par sa capacité à contournée la neutralisation...

49/51 Ainsi, les variants les moins sensibles à la neutralisation seront les moins freinés par notre immunité acquise, et auront le R-eff le plus élevé parmi les variants en circulation. Si leur R0 est suffisamment élevé, leur R-eff pourra alors être >1...

50/51 Nous aurons alors de nouvelles vagues, mais avec des variants résistants à la neutralisation, et donc moins/pas couverts par notre immunité acquise. Comment gèrerez-vous une telle situation ? Un mot qui vous fait défaut depuis 2 ans = ANTICIPATION !

51/51 Petit échantillon avec l'éventuel "aventure" Omicron qui démarre : Mettre à jour un vaccin ARNm, c'est facile. Mettre à jour notre réponse immunitaire, c'est une autre paire de manches. Et dans l'attente, comment ferez-vous ? 😉



Follow us on Twitter

to be informed of the latest developments and updates!


You can easily use to @tivitikothread bot for create more readable thread!
Donate 💲

You can keep this app free of charge by supporting 😊

for server charges...