Corentin O.

Corentin O.

05-09-2022

22:47

Thread qu'il est bien et qui nous rappelle deux choses : s'il existe un équivalent masculin de l'héroïne naturellement doué et qui triomphe sans un surplomb de narratif explicatif, c'est que nos grands mythes viennent de cultures qui excluent les femmes à la racine.

Personne ne conteste la matérialité du guerrier antique qui se trouvera être un demi-dieu (de par ascendance paternelle ou maternelle), parce qu'on accepte l'idée que les Gary Sue des mythes qui forment le modèle de la littérature "modèle" du merveilleux sont écrits en contexte.

Autrement dit : le héros grecs peuvent tout parce que nés de parants divins, les héros chrétiens ont la validation du tout puissant. Et ces cultures qui ont formé des modèles, qui ont hérité de modèles et fasconné d'autres modèles, n'intègrent pas la présence féminine.

Personne ne dira d'Héraclès ou de Galahad que ce sont des Gary Sue, même si on n'a pas de training montage pour justifier scénaristiquement leur capacité à résoudre une équation adverse impossible à surpasser pour un héros "normal".

Et le problème c'est que la fiction a hérité de ces mythes sans contextualiser le pourquoi du héros parfait ou du héros tout puissant. Or, parce que nos sociétés se transforment (enfin), on agglomère ces routines avec des héroïnes. Ce qui paraît anti-naturel devant la tradition.

Mais peut-être parce que la tradition est le reflet même du patriarcat ou de la propagande de religions patriarcales, qui faisaient état et société à l'époque. PERSONNE ne dit de Leonidas dans 300 (un héritage transféré dans la culture pop) qu'il est anormalement surpuissant.

Et malgré tout l'amour que j'ai pour 300 c'est l'exemple alpha d'un mythe qui a survécu au passage du temps et qui a réussi à convier cet idéal du héros invincible (qui perd parce que : trahi) au masculin. Un 300 avec des meufs ? Mdr mais Twitter brûle ce jour là.

Et là, toute la vérité est : là-dedans. Le schéma narratif qui part d'hier pour arriver jusqu'à Tolkien est clair, il a toujours été injuste et proportionnel à un monde injuste. Dire "Mary Sue" c'est déjà admettre une validation du sexisme en fiction.

On peut parler de Legolas - c'est quoi la justification pour le surf sur les éléphants ? - de Luke - une demi-journée de training et ça fume l'Étoile Noire ? - ou d'Achilles dans Troie qui est juste né increvable, beau, regard perçant et philosophe à ses heures perdues.

(Parce que le coup du styx et de sa daronne c'est largement survolé dans le film, et considérez une seconde le fait qu'on se souvienne de l'Iliade 3000 ans plus tard, son influence sur tout le monde occidental - et le putain de rôle de la femme dedans, mdr)

Et donc, l'autre chose c'est : le droitard de base peut gagner toutes les élections qu'il veut mais cette bataille culturelle là, il l'a déjà perdue. Le public n'arrêtera pas de consommer et ne va pas non plus se désabonner.


Follow us on Twitter

to be informed of the latest developments and updates!


You can easily use to @tivitikothread bot for create more readable thread!
Donate 💲

You can keep this app free of charge by supporting 😊

for server charges...