TRACO !

TRACO !

27-05-2022

18:04

Hypothèse : notre camp ne comprend pas son rôle dans l’histoire des idées ni dans les relations psycho-sociales et ainsi, rate ses combats. Thread 👇🏻1/20

On attend de notre camp la préservation de l’ordre ancien ; protéger, conserver, perpétuer, garder, revenir. Tellus stabilita. Nous sommes paternalistes, figures symboliques de Droite : patron, grand frère dont on s’inspire, vainqueur, professeur, mentor, président. 2/20

Ces figures sont associées à l’autorité. Autorité de celui qui représente le premier ordre pour l’enfant, celui du père, qui vient poser une limite à la riche confusion originelle d’avec la mère. Or, il faut un père à nos ennemis. 3/20

Pourquoi ? Car la toute-puissance paternelle de la Droite rassure celui qui s’y oppose dans la mesure où ce n’est qu’un rôle et que tout danger réel est exclu. L’éternité est du côté du conservateur (Van Der Bruck) : nous incarnons donc une inépuisable justification. 4/20

Eux nous font pis que pendre, et nous, nous restons dans une posture qui leur fait dire : « il y a un monde de puissance derrière ces gens-là - poids de la Tradition - mais quelle faiblesse dans la riposte ! » Notre fonctionnement, ils l’ont vu avant nous, est entropique. 5/20

Mais certes parfois la Droite contre-attaque : avec la magnanimité paternaliste qu’on lui connaît, inefficacement drapée dans des considérations morales. Un père peut punir ses enfants, jamais les déchiqueter comme une bête sauvage. 6/20

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le vertige existentiel du « rebel without a cause » ne guette pas la Gauche, qui aura toujours la Droite à portée de main. Sans risque formel pour elle, nous lui servons ses justifications existentielles. Voilà le constat. 7/20

Eh bien moi je vous propose de tout jeter à l’eau ; de changer radicalement nos méthodes ; d’introjecter leurs discours, leurs notions ; et avant de tuer, remplacer le fils prodigue qu’est la Gauche, de nous tuer nous-mêmes, du moins le paternalisme en nous. 8/20

Je vous suggère de jeter nos bagages politiques et moraux, nos structures logiques (Droite, Conservatisme, Tradition où je ne sais quelle terminologie débilitante) afin de clarifier et inverser la situation ; de brouiller les pistes. 9/20

Je vous enjoins à « pratiquer l’époque en corsaire » et prendre tout ce qui nous revient sans considération autre que la loi de notre désir, pour in fine ne garder que le strict nécessaire : la petite flamme dans le creux de nos mains. 10/20

Quand ils n’auront plus rien en face à traiter de fasciste, de ringard, de traître à la révolution, d’ennemi du peuple ou je ne sais quoi, ils se boufferont entre eux. Ils trouveront d’autres pères - à moins que ce ne soit eux qui en endossent le costume trop grand. 11/20

Éliminons notre principe le plus important (le conservatisme), suicidons-nous dans un admirable seppuku pour mieux renaître à notre dharma ; car il faut bien tuer le père un jour, pour le fils prodigue comme aîné, et le père, c’est nous actuellement. Voilà le programme. 12/20

Rassurez-vous : l’homme ne se perd pas si facilement. Nous ne serons jamais ceux d’en face même si nous collons au plus près de leur méthode, de leur weltanschauung ou de leur rôle. Toute antithèse prépare l’aufhebung ; la chaîne signifiante fait tourner la Roue de Fortune. 13/20

C’est l’ambivalence d’être à la fois père et fils aîné qui nous tue (bien qu’on ai vu toute la proximité de ces deux figures, dans la série symbolique où père et grand frère sont accolés), mais plus encore d’y rester et de s’y complaire. 14/20

Cela nous tétanise, blocage inconscient source d’échecs depuis la Révolution (voire avant pour certains). Toutefois, n’est-ce pas ce qu’on attend de nous d’être des vieux cramponnés à leurs acquis, qui cèdent de temps en temps ? Notre rôle de perdant est admirablement joué. 15/20

Celui qui se plaindrait de la situation de la Droite actuelle ne comprend pas son rôle. Se cantonner à un rôle commode pour la société a parfois ses désavantages … mais ils sont certes moindres que ce qu’on en retire. La rupture évoquée dans ce thread est en effet ardue. 16/20

Je ne prêche pas l’immoralité. La parabole du fils prodigue est précisément dirigée contre les moralistes : quel juste rabroue l’obéissant et fête le dissipé ? Pour ne pas être immorale, cette parabole n’en est pas moins amorale ; et oblige à l’éthique. 17/20

Peut-être faudra-t-il dans un premier temps punir le fils prodigue qu’est actuellement la Gauche ; mais à terme, je souhaite que nous devenions fils prodigues nous-mêmes, jeune homme qui part explorer le vaste monde. Laissons l’ennemi derrière et cherchons nos victoires ! 18/20

Nous avons déjà tout le karma du Père ou du fils aîné, modèle, de l’enfant sage et du père sévère. Ce ne sera pas rien nous enlever que d’aller voir du côté du fils rebelle. Je suis même convaincu que c’est notre avenir. 19/20

De part l’hypothèse exposée en tête : que notre camp reste dans son rôle naturel et il sera éternellement dans ce cycle de défaite. Qu’il y renonce - qu’il brise l’harmonie naturelle, renonce à son karma - et il le quittera. Voilà notre choix. 20/20


Follow us on Twitter

to be informed of the latest developments and updates!


You can easily use to @tivitikothread bot for create more readable thread!
Donate 💲

You can keep this app free of charge by supporting 😊

for server charges...